Appel à contribution – Séminaire 2021-2022 – “Mémoire(s) et oubli(s)”

ICI Doc’

Association des doctorants de l’ED Humanités Nouvelles- Fernand Braudel (HNFB)

***

Séminaire doctoral transdisciplinaire 2021-2022

L’Association des doctorants de l’Ecole Doctorale FBHN ICI Doc’ poursuivra son séminaire doctoral initié en 2020-2021.

S’adressant à l’ensemble des jeunes chercheurs.es (doctorant.e.s et docteur.e.s) de l’Ecole Doctorale, et au-delà, ce séminaire a pour vocation de favoriser les échanges inter- et intra-laboratoires d’une part, et de nourrir nos recherches respectives par la confrontation avec des approches et des corpus différents d’autre part. Au cours de chaque séance, trois doctorant.e.s effectueront une présentation, qui sera suivie d’un échange avec les auditeurs.

Le séminaire aura lieu le dernier lundi de chaque mois, alternativement à Metz et à Nancy. La première séance du séminaire est prévue le 25 octobre 2021.

Cette rencontre s’articulera autour de 3 rubriques qui se présentent de la manière suivante:

  • Une communication à partir d’un thème fixé annuellement (env. 15-20 min). Le thème retenu pour cette année est « Mémoire(s) et oubli(s) ».
  • La présentation d’un ouvrage critique / théorique (env. 15 min) qui n’aura pas forcément de lien avec le thème annuel.
  • L’exposé d’un point ou problème méthodologique lié à la thèse et des pistes envisagées pour le résoudre (env. 15 min).  Si un nombre suffisant d’exposés est proposé, il fera l’objet de deux séances spécifiques (une en décembre et une au printemps).

Cette triple approche théorique, bibliographique et méthodologique permettra, nous l’espérons, d’ouvrir des discussions riches et variées desquelles chacun pourra tirer des enseignements à la fois théoriques et pratiques. En outre, un séminaire doctoral constitue une belle occasion de soumettre ses recherches au regard critique et bienveillant des pairs et de s’entraîner à prendre la parole en public tout en s’ouvrant à des approches de doctorants d’autres disciplines.

  • Communication autour du thème : « Mémoire(s) et oubli(s) »

Le thème retenu se veut volontairement ouvert et transversal, et n’écarte aucune période historique ou aire géographique. Les approches comparatistes et transdisciplinaires sont les bienvenues. Les éléments de réflexion donnés ci-dessous ne sont exclusifs d’aucune perspective.

Élément indispensable de l’acte d’apprentissage, la mémoire est le principe de toute transmission et le fondement de la culture. La transmission de récits, de savoirs et de savoir-faire, d’œuvres artistiques ou artisanales, d’objets de toute nature permet à notre monde de ne pas oublier tout ce qui a pu être expérimenté, testé, vécu et écrit par nos ancêtres. L’enjeu de la transmission ou de l’oubli s’avère d’actualité. Hannah Arendt dans La crise de la culture déclare en effet que les parents « assument la responsabilité de la vie et du développement de l’enfant, mais aussi celle de la continuité du monde ».

La mémoire est vantée comme une qualité (« avoir une mémoire d’éléphant ») ou regrettée si la personne n’en est pas suffisamment dotée (« avoir une mémoire de poisson rouge »). La mémoire et l’oubli sont toutefois indissociables :

«La mémoire ne s’oppose nullement à l’oubli. Les deux termes qui forment contraste sont l’effacement (l’oubli) et la conservation ; la mémoire est, toujours et nécessairement, une interaction des deux» (Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire).

La mémoire est aussi la « reconstruction rationnelle du passé à partir des éléments et des mécanismes actuellement présents dans la conscience du groupe » (Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, 1925), c’est-à-dire qu’elle n’est pas le passé vécu à nouveau. La mémoire est donc un processus dynamique qui entretient un certain rapport au temps : passé, présent, futur ; les questions d’héritage, de générations et de dette envers les aînés s’articulent inexorablement au concept de mémoire. Les mémoires individuelles, familiales, collectives et sociales se nouent en des interactions parfois complexes. Elles s’ancrent également dans les territoires : par exemple, la mémoire industrielle ou militaire invite à travailler tant sur l’individu que sur le paysage-palimpseste qui l’entoure.

Saint Augustin dans ses Confessions définit trois types de mémoire : la mémoire des sens, la mémoire intellectuelle et la mémoire des sentiments. L’agueusie et l’anosmie dont souffrent les malades de la pandémie actuelle, parfois pendant des mois, nous rappellent à quel point la mémoire des sens (auditive, visuelle, olfactive ou du geste technique) est importante. On qualifie de « Madeleine de Proust » tout élément sensoriel ou tout objet qui déclenche une réminiscence, un souvenir d’enfance. Et puisqu’ils font appel aux sentiments et aux affects, la mémoire et l’oubli sont parfois une douleur : le passé qui ne passe pas, l’impossibilité d’oublier qui crée des blessures de mémoire ou au contraire l’oubli qui se fait trop présent. Les mémoires oubliées, fragmentées, conflictuelles, apaisées, en bref les distorsions de la mémoire en disent ainsi beaucoup sur les individus, les groupes et les sociétés qui les abritent. La mémoire et l’oubli peuvent être envisagés comme thèmes ou motifs d’œuvres artistiques : personnages amnésiques ou aliénés, personnages qui cherchent à combler les lacunes d’un récit ou au contraire personnages hypermnésiques ; poétiques de la nostalgie ou réminiscences de l’Histoire.

Par conséquent, les mémoires sont des enjeux de pouvoir : enjeux symboliques, matériels et politiques. L’effacement des traces du passé peut avoir des objectifs politiques : la destruction de églises pendant la Révolution Française, des Bouddhas et de la cité antique de Petra par les talibans, … Dans nos sociétés contemporaines et surtout dans la dernière moitié du XXe siècle, s’impose le « devoir de mémoire », autrement dit, le devoir de ne pas oublier les abominations commises. Daniel Mendelsohn dans Les disparus enquête sur la disparition d’une partie de sa famille juive en 1941 et déclare : « je me demandais quel genre de présent on pouvait avoir sans connaître les histoires de son passé ». L’art revêt une fonction mémorielle : l’œuvre littéraire, cinématographique, picturale ou comme remède à l’oubli (par exemple : le théâtre claudélien dédié au grand amour de Paul Claudel : Rosalie Vetch). 

Or, certains auteurs se sont interrogés sur les mauvais usages de la mémoire : « abus de la mémoire » (Tzvetan Todorov) ou « mémoire saturée » (Régine Robin), tentant de définir par-là même une juste mémoire (Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli). Ne faut-il pas revendiquer aussi un « droit à l’oubli » (notamment numérique) ? Aussi, l’art peut être une réparation ou un rééquilibrage des silences du récit historique officiel voire un contre-récit : point de vue des vaincus et des dominés, revalorisation de certaines catégories d’acteurs/ actrices de l’Histoire (les femmes, les tirailleurs africains ou tous les groupes qui n’ont pas laissé de traces écrites), déconstruction de mythes historiques. L’articulation entre mémoire et oubli est ainsi au cœur du travail commémoratif dans l’espace public mais les vives polémiques qui ont éclaté ces dernières années, conduisant au déboulonnage de statues, aux interrogations sur la commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon et plus globalement à la pratique de la « cancel culture » interrogent : faut-il oublier ou continuer à se remémorer tous ces personnages historiques dont des places et des rues portent le nom ? Quel héritage voulons-nous transmettre à la société de demain ?

La mémoire (Mnémosyne) et l’histoire (Clio) sont toutes deux des représentations du passé, différentes mais indissociables et complémentaires. La mémoire peut être appréhendée comme matrice de l’histoire. L’histoire, quant à elle, n’a-t-elle pas vocation à dénouer les conflits mémoriels ? Les mémoires s’enracinent par ailleurs dans ce que l’historien Pierre Nora a nommé « les lieux de mémoire », les traces matérielles et immatérielles : les monuments, les commémorations, les traditions, les mœurs et les rites, autant d’éléments qui participent à la formation d’une identité collective plus ou moins partagée, d’un récit historique national (y compris dans les programmes scolaires). L’articulation entre mémoire et oubli est au cœur des politiques patrimoniales et urbanistiques : doit-on faire table rase du passé ou doit-on s’insérer dans une continuité en inscrivant sa trace et celle de sa génération dans le paysage ? Un exemple d’interrogation sur la fidélité des reconstructions est donné avec les débats qui entourent celle de la flèche de Notre-Dame ; ces débats concernent également les territoires industriels ou militaires en friche : faut-il démanteler et transformer totalement les espaces ou faut-il en faire un musée ?

Ces questionnements sur mémoire(s) et oubli(s) interrogent les recherches en sciences humaines et sociales, sur la part de subjectivité de sortir un sujet, une thématique ou une catégorie de la population de l’oubli. Par son choix, le chercheur ne participe-t-il pas aussi au « drame » des oubliés de l’histoire ?

Et enfin, la mémoire et l’oubli peuvent être envisagés dans des domaines très spécifiques, tels que la mémoire de traduction. C’est un système linguistique qui joue le rôle d’« extension de la mémoire » ; c’est une base de données qui enregistre les phrases, paragraphes ou segments de textes sources (déjà traduits) et leurs traductions respectives dans la/les langue(s) cible(s). Ces mémoires de traduction sont utilisées avec un logiciel (Trados studio, Across, Déjà Vu, memoQ et Transit, KERN…), et suggèrent des correspondances similaires ou identiques lors de la traduction de nouveaux documents. Elles sont utilisées par les traducteurs professionnels et souvent dans le domaine de la traduction spécialisée (traduction technique, scientifique, économique ou financière…) et gagnent en efficacité à mesure qu’elles sont utilisées. La mémoire de traduction assure la cohérence des traductions en conservant la même terminologie. Elle permet également de réduire les coûts, de diminuer les allers-retours et d’accélérer les délais de livraison. Et de manière générale, la traduction n’est-elle pas un vecteur de la mémoire inter-linguistique et interculturelle ? La traduction a avant tout pour vocation de rendre accessible une pensée, un écrit… et une mémoire.

Votre proposition de communication comportera entre 2000 et 3000 signes (espaces compris) et sera accompagnée d’un titre.

  • La présentation d’un ouvrage critique / théorique

Il s’agit de partager avec les autres doctorants la lecture d’un ouvrage critique vous paraissant stimulant, qu’il s’agisse d’un « classique » fondateur ou d’un essai ayant récemment ouvert de nouvelles perspectives. L’objectif de cette rubrique est, à l’heure où les ponts entre les différents champs de savoir sont de plus en plus valorisés, de nourrir nos bibliographies respectives et, pourquoi pas, d’ouvrir notre réflexion à de nouveaux horizons.

Dans la mesure où il s’agit d’un séminaire transdisciplinaire, l’ouvrage présenté devra être accessible au plus grand nombre. Il convient ainsi d’éviter les références dont la compréhension requiert un savoir trop précis ou trop technique.

Votre proposition de communication expliquera en quelques phrases (1500 signes, espaces compris) l’intérêt de partager la lecture de l’ouvrage choisi et fournira les références bibliographiques précises de ce dernier.

  • L’exposé d’un point ou d’un problème méthodologique lié à la thèse

Il s’agit dans cette dernière rubrique de présenter un problème rencontré dans le travail de thèse lui-même, à quelque étape de celui-ci que ce soit. Cet exposé s’attachera donc dans la mesure du possible à s’extraire du cadre disciplinaire.

Cette rubrique a d’une part pour vocation de dédramatiser et de rationaliser les difficultés rencontrées, voire sortir du sentiment d’impasse que nous éprouvons parfois. Elle vise d’autre part à échanger à propos des stratégies mises en place par les uns et les autres pour résoudre un problème similaire.

Votre proposition de communication expliquera en quelques mots (1500 signes, espaces compris) le problème ou le point méthodologique que vous souhaitez aborder, et éventuellement les stratégies envisagées ou mises en place pour y faire face.

NB : En fonction des places disponibles, les doctorants qui le souhaitent peuvent communiquer dans plusieurs rubriques. Pour cela, il faudra préciser, pour chaque proposition de communication, à quelle rubrique elle correspond.

Les propositions de communication sont à envoyer par courriel avant le 31 juillet 2021 à l’adresse icidoc.lorraine@gmail.com et devront contenir les éléments suivants :

– Une brève note biographique ;

– Votre ou vos proposition(s) de communication. En cas de propositions multiples, merci d’indiquer, sur chaque proposition, la rubrique dans laquelle vous souhaitez intervenir ;

– Le campus (Metz ou Nancy) sur lequel vous préférez intervenir.

Les doctorants ayant soumis une proposition de communication seront recontactés avant le 20 août 2021. Un programme définitif sera publié au mois de septembre.

Enfin, nous attirons votre attention sur le fait que la participation au séminaire permet de valider des crédits de formation, à raison de 1 crédit pour les communicants et d’1 crédit par tranche de 10h de présence pour les auditeurs. Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser directement à l’administration de l’Ecole Doctorale.

Valorisation du séminaire :

Les doctorants qui voudront publier leurs communications sous forme d’article scientifique devront d’abord obtenir l’accord de leur directeur de thèse. Les articles seront ensuite soumis à un comité scientifique.

Publication en ligne : Carnets d’Hypothèses : https://icidoc.hypotheses.org/

Comité de pilotage BARBIER Léopold-LOTERR, DEREGNONCOURT Marine-IDEA, DJEDI Roza-IDEA, DUMAIN Aline-CRUHL, LEMBEZAT Mathieu-LOTERR, NIEDERLANDER Tanguy-LOTERR, OTT Marion-ECRITURES, PEREZ Rodolphe-Université de Tours / ICD, TOMARCHIO Paola-LIS.
Comité scientifique DEGOTT Pierre-IDEA, HARMAND Dominique -LOTERR, LARTILLOT Françoise-CEGIL, MONTEBELLO Fabrice-2L2S, PLACIAL Claire-ECRITURES, SIMIZ Stephano-CRULH, THOURET Clotilde-LIS, TRENTINI Bruno-ECRITURES.

Séminaire 2020-2021 : le programme ! Thème annuel : “Marge(s)”

N.B. : Les séances débuteront à 17h. Les salles pour les séances du second semestre seront indiquées au mois de janvier.

Afin de de nous permettre d’organiser au mieux les séances dans le contexte sanitaire actuel, et de vous permettre de bénéficier des crédits de formation doctorale, nous vous invitons à vous inscrire au préalable sur ADUM. Par ailleurs, conformément aux dispositifs de prévention en vigueur, nous vous rappelons que le port du masque est obligatoire pour les auditeurs.

Visuel de Karen Cayrat

Séance du 19 octobre – Marges du genre et genre à la marge 

Metz, Campus du Saulcy –  UFR ALL – Salle A226

Louise BARRIERE (2L2S), « Politiques queer et féministes des musiques populaires : Imaginaires des marges du genre dans les « Ladyfest » »

Jeanne Laetitia Loba BADJO (ECRITURES, Université d’Abidjan), « Des figures de la marge dans la littérature jeunesse : cas du garçon manqué, efféminé et de l’homosexuel »

Samira MESSAOUDI (CREM), « Traitement et analyse de données : Problème méthodologique et stratégies envisagées pour un corpus numérique de récits de vie (témoignages de femmes battues) »

Fantine BEAUVIEUX (LIS), « Pretty Woman : la représentation de la prostituée chez Disney »

 

Séance du 24 novembre – Exister en marge de censures politiques et culturelles 

Nancy, Campus Lettres, Salle A015

Gaëtan DECHOUX (CRUHL), « Être soldat et protestant après l’édit de Fontainebleau en France, une double marginalité (1685-1787) »

Aline DUMAIN (CRUHL), Présentation de l’ouvrage de Laurent Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914)

Ludmila SHAEREVA (CERCLE), « La déviance culturelle en réaction à la censure exercée en Union Soviétique »

 

Séance du 14 décembre – L’œuvre et ses marges : la question de l’adaptation

Metz, Campus du Saulcy – UFR ALL – Salle A226

Eline de MATHUISIEULX (Université de Strasbourg), « La paradoxalité des marges : une étude intermédiale des adaptations visuelles du roman The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien »

Marine DEREGNONCOURT (IDEA), « Patrice Chéreau en marge de la bienséance classique : Le « Récit de Théramène » dans sa mise en scène de Phèdre de Jean Racine »

Marie KRAEMER (2L2S), « La bande-annonce à l’ère de YouTube : paratexte publicitaire ou œuvre indépendante ? »

 

Séance du 18 janvier – Les marges obscures : crime et transgression en littérature

Nancy, Campus Lettres

Rodolphe PEREZ (Université de Tours), « Le crime et sa marge : la transgression chez Bataille »

Kodzo Etonam TSETSE (ECRITURES) « Les marges et leurs paradoxes chez les écrivains togolais Kangni Alem et Theo Ananissoh »

Rodolphe PEREZ (Université de Tours), Présentation de l’ouvrage de Roland Barthes Le Plaisir du texte

 

Séance du 15 février Marges sociogéographiques

Metz, Campus du Saulcy – UFR ALL 

Ibtissam OUADI-CHOUCHANNE (Université de Strasbourg), « Femmes migrantes et marge»

Charlène CHAUPRE-BERKI (CREM), « Les « passeurs d’humanité » dans la vallée de la Roya : en marge de la société sur une terre de frontière. »

Sabrina DE PINDRAY D’AMBELLE (LOTERR), « Vieillir et pratiquer l’espace dans le contexte transfrontalier. »

 

Séance du 29 mars – Postures et voix marginales  

Nancy, Campus Lettres

Camille DELATTRE (LIS), « Les discours animaux : points de vue marginaux après l’hypothèse des animaux-machines. »

Juliette LE GALL (Université de Rennes), Présentation de l’ouvrage de Jerrold Seigel Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise, 1830-1930.

Marco LONGO (ECRITURES), « Les “romans physiologiques” d’Edmond About : une expérience littéraire en marge du Second Empire. »

 

Séance du 19 avril – Langues mineures, langues majeures

Metz, Campus du Saulcy – UFR ALL 

Dragana CVETKOVIC (LIS), « Les écrits ruraux : articulations plurielles de la marginalisation et de la déterritorialisation »

Aline DUMAIN (CRUHL), « Italien, dialecte et italianité »

Inès HUE (ECRITURES, Université d’Abidjan), « La question de l’image dans les textes oraux africains »   

 

Appel à contribution – Séminaire 2020-2021 – “Marge(s)”

L’Association des doctorants de l’Ecole Doctorale HN-FB ICI Doc’ inaugurera en 2020-2021 un séminaire doctoral. S’adressant à l’ensemble des jeunes chercheurs.es (doctorant.e.s et docteur.e.s) de l’Ecole Doctorale, et au-delà, ce séminaire a vocation à favoriser les échanges inter- et intra-laboratoires d’une part, et à nourrir nos recherches respectives par la confrontation avec des approches et des corpus différents d’autre part. Il aura lieu une fois par mois, alternativement à Metz et à Nancy. La première séance du séminaire est prévue le 19 octobre 2020.

Cette rencontre s’articulera autour de 3 rubriques, prises en charge par 3 doctorant.e.s différent.e.s et bien évidemment suivies d’un échange avec la salle :

  • Une communication à partir d’un thème fixé annuellement (env. 15-20 min). Le thème retenu pour cette année est « Marge(s) »
  • La présentation d’un ouvrage critique / théorique (env. 15 min)
  • L’exposé d’un point ou problème méthodologique lié à la thèse et des pistes envisagées pour le résoudre (env. 15 min)

Cette triple approche théorique, bibliographique et méthodologique permettra, nous l’espérons, d’ouvrir des discussions riches et variées desquelles chacun pourra retirer des enseignements à la fois théoriques et pratiques. Un séminaire doctoral constitue en outre une belle occasion de soumettre ses recherches au regard critique (et, faut-il le préciser, bienveillant ?) des pairs et de s’entraîner à prendre la parole en public.

  • Communication autour du thème annuel « Marge(s) »

Le thème retenu se veut volontairement ouvert et plastique, et n’est exclusif d’aucune période historique ni d’aucune aire géographique. Les approches comparatistes et transdisciplinaires sont les bienvenues.

Relevant initialement du champ typographique (elle désigne, en imprimerie, l’espace vierge situé entre le texte et le bord de la page), la notion de marge s’est progressivement enrichie d’une multiplicité de nuances spatiales, symboliques et axiologiques. Désignant tout à la fois une bordure, un écart, une frontière, un élément périphérique ou de peu d’importance (en/à la marge) et une certaine latitude (avoir de la marge) ou liberté (il s’agit d’un espace encore vierge), elle constitue un terrain de réflexion extrêmement fertile dans de nombreux domaines.

Traditionnellement lieu d’importance négligeable, car avant tout bordure chargée d’encadrer, de baliser, ce qui doit être l’objet de l’attention, la marge jouit aujourd’hui d’une certaine revalorisation. Si l’on se rappelle que son étymon latin margo (bord) découle de la racine indo-européenne mark (limite), qui a donné « marche », on peut en effet voir en elle une « marche » sur laquelle se hisser pour observer et penser le monde.

Parce qu’elle se définit toujours par rapport à un centre ou à une norme, la marge est le lieu depuis lequel il est possible d’interroger les contours et la pertinence de ceux-ci, ainsi que la mobilité, voire la réversibilité, de la frontière qui les sépare d’elle. Elle invite par conséquent à penser les rapports de force et de domination entre centre et périphérie, entre norme et hors-norme et ce, à différentes échelles : individus, territoires, cultures, représentations symboliques, etc.

Les pistes de réflexion envisagées sont les suivantes (liste non exhaustive) :

la représentation symbolique et imaginaire de la marge ou de la marginalité : figures du marginal, esthétique de la frontière, poétiques de l’errance, …

la déviance, voire la transgression, par rapport à une norme idéologique, esthétique, linguistique, culturelle, sociale, etc., déviance qui vient nécessairement questionner ou provoquer la norme. On peut aussi bien penser à des pratiques artistiques, linguistiques, scientifiques et politiques qu’à des archétypes marginaux au sein d’une collectivité (selon les lieux et les époques : fou, criminel, étranger, vagabond, homosexuel, prostituée, nerd, …).

la marge comme articulation de données spatiales et sociales : géographie sociale, territoires périphériques (ghettos, banlieues, zones rurales ou industrielles, géographie de la ségrégation, …), rapports de force entre centre et périphérie, hétérotopies (Foucault), …

– on peut également envisager la marge comme une position spécifique dans laquelle s’inscrit le document, et depuis laquelle il « s’adresse » à nous : par exemple, des œuvres qui s’inscrivent en marge d’autres œuvres (paratextes, commentaires, journaux, réécritures ou remakes, brouillons, …)

– … ou comme une composante matérielle des œuvres / productions : usage spécifique de la ou des marge(s) dans le champ artistique, vidéo-ludique, cartographique, etc. (composition cinématographique, picturale ou architecturale, dispositions textuelles questionnant la prédominance du centre sur la marge, annotations de cartes, …)

Votre proposition de communication comportera entre 2000 et 3000 signes (espaces compris) et sera accompagnée d’un titre.

  • La présentation d’un ouvrage critique / théorique

Il s’agit de partager avec les autres doctorants la lecture d’un ouvrage critique vous paraissant stimulant, qu’il s’agisse d’un « classique » fondateur ou d’un essai ayant récemment ouvert de nouvelles perspectives. L’objectif de cette rubrique est, à l’heure où les ponts entre les différents champs de savoir sont de plus en plus valorisés, de nourrir nos bibliographies respectives et, pourquoi pas, d’ouvrir notre réflexion à de nouveaux horizons.

Dans la mesure où il s’agit d’un séminaire transdisciplinaire, l’ouvrage présenté devra être accessible au plus grand nombre. Il convient ainsi d’éviter les références dont la compréhension requiert un savoir trop précis ou trop technique.

Votre proposition de communication expliquera en quelques phrases (1500 signes, espaces compris) l’intérêt de partager la lecture de l’ouvrage choisi et fournira les références bibliographiques précises de ce dernier.

  • L’exposé d’un point ou d’un problème méthodologique lié à la thèse

Il s’agit dans cette dernière rubrique de présenter un problème rencontré dans le travail de thèse lui-même, à quelque étape de celui-ci que ce soit. Cet exposé s’attachera donc dans la mesure du possible à s’extraire du cadre disciplinaire.

Cette rubrique a d’une part vocation à dédramatiser et à rationaliser les difficultés rencontrées, voire à sortir du sentiment d’impasse que nous éprouvons parfois. Elle vise d’autre part à échanger à propos des stratégies mises en place par les uns et les autres pour résoudre un problème similaire.

Votre proposition de communication expliquera en quelques phrases (1500 signes, espaces compris) le problème ou le point méthodologique que vous souhaitez aborder, et éventuellement les stratégies envisagées ou mises en place pour y faire face.

NB : En fonction des places disponibles, les doctorants qui le souhaitent peuvent communiquer dans plusieurs rubriques. Pour cela, il faudra multiplier les propositions de communications en précisant, pour chacune, à quelle rubrique elle correspond.

Les propositions de communication sont à envoyer par courriel avant le 31 juillet 2020 à l’adresse icidoc.lorraine@gmail.com et devront contenir les éléments suivants :

– Une brève note biographique

– Votre ou vos proposition(s) de communication. En cas de propositions multiples, merci d’indiquer, sur chaque proposition, la rubrique au sein de laquelle vous souhaitez intervenir.

– Le campus (Metz ou Nancy) sur lequel vous préférez intervenir.

Les doctorants ayant soumis une proposition de communication seront recontactés avant le 20 août 2020. Un programme définitif sera publié au mois de septembre.

Enfin, nous attirons votre attention sur le fait que la participation au séminaire permet de valider des crédits de formation, à raison de 1,5 crédit pour les communicants et d’1 crédit par tranche de 10h de présence pour les auditeurs. Pour plus de précisions, vous pouvez vous adresser à l’administration de l’Ecole Doctorale.

Valorisation du séminaire :

Les doctorants qui voudront publier leurs communications sous forme d’article scientifique devront obtenir l’accord de leur directeur de thèse. Les articles seront ensuite soumis à un comité scientifique.

Publication en ligne : Carnets d’Hypothèses.